DIY Music Academy

Le programme DIY Music Academy se veut un outil au service des artistes locaux (au premier ordre desquels les musiciens) leur permettant de mieux appréhender les technologies de demain et développer de nouveaux projets. Fruit d’une réflexion commune avec les acteurs du numérique à Toulouse (Hackerspace Tetalab, Fablab Artilect, Think Tank L’Esplanade), ce projet se pense comme une occasion de rencontre entre les compétences technologiques des uns et artistiques des autres.
Compte-tenu du niveau d’expertise technologique à disposition à Toulouse, d’une part, compte tenu des enjeux liés aux pratiques technologiques dans la création contemporaine, d’autre part, il nous apparaissait en effet important de favoriser de nouveaux modes de collaborations entre les deux « communautés », technophile et artistique.
Tout l’enjeu de ce programme est dès lors de trouver le bon timing, le bon contexte, la bonne dynamique, pour que les uns et les autres apprennent à se connaitre (si ce n’est déjà fait), se découvrent des désirs partagés et se prennent à rêver à des projets communs, et ce, sans qu’il n’y ait aucune obligation, aucun caractère contraint.
Alors oui, il s’agit encore d’un projet scientifico-culturel qui cherche à réunir ingénieurs et artistes comme on en a vu quand même pas mal depuis quelques années déjà. Mais la grosse différence, c’est qu’il ne s’agit pas ici d’un appel à projet ou d’une résidence, mais simplement de la mise en place d’un cadre, souple et ouvert, devant favoriser l’échange entre hommes et femmes de bonne volonté qui ont envie de partager et/ou d’apprendre.
Public, passe donc ton chemin, il n’y a, a priori, rien à voir pour toi (en tout cas pour l’instant).
Artistes en recherche de nouveaux outils pour exprimer leur créativité, technophiles généreux qui ont un peu de temps à offrir, rejoignez-nous si le cœur vous en dit. Vous pouvez vous inscrire sur la mailing-list du projet (peu active ces derniers temps).




CALENDRIER

- De février à juin 2011

Prise de contact, rencontres, présentation des possibilités, émulations, ateliers ... on apprend à se connaitre essentiellement.

- Depuis

Session d’échange et de formation DIYMA Day #1 (JackPilot, Mashy ...) - le 11 novembre 2011
Session d’échange et de formation DIYMA Day #2 (Qwartz Composer ...) - le 11 décembre 2011
Session d’échange et de formation DIYMA Day #3 (Ableton Live, Max/MSP ...) - le 22 janvier 2012
Live Jam - le 28 avril 2012 (au Centre Culturel Bellegarde)
Session d’échange et de formation DIYMA Day #4 (Synthés Modulaires) - le 17 mai 2012
Live Jam - le 18 mai 2012 (au Bikini)




POSTULATS

- Avènement du "prosumer"

Le public ne "consomme" aujourd’hui plus les technologies, comme les biens culturels, de la même manière qu’il y a 20 ans. Il ne les utilise plus au sens passif du terme, comme on regardait la télévision, écoutait religieusement un disque ou même surfait sur le net en 1995, mais vit avec, s’en sert, les transforme, les adapte à ses besoins. C’est l’avènement du prosumer : hybride entre consommateur et producteur ou consommateur actif.

- Avènement du "pro-am"

Depuis 10 ans, les pro-ams, personnes pratiquant une activité avec un grand "professionnalisme" sans pour autant en faire "profession" (c’est-à-dire être rémunérés pour ces activités), constituent une part croissante, extrêmement dynamique, vitale, de notre société et de notre économie.

- Avènement des "arts technologiques"

Il ne s’agit pas ici de faire un exposé d’histoire de l’art, mais de noter simplement qu’à partir des années 90, les développements technologiques dans les arts ont acquis une certaine reconnaissance publique et institutionnelle. La musique n’est évidemment pas en reste, loin de là, et la pratique "technologique" dans la production musicale actuelle est aujourd’hui, si ce n’est généralisée, significative.

- Avènement de la notion d’ "usage"

L’outil technologique n’est jamais une fin en soi, mais un moyen. L’usage est la seul finalité que tout à chacun puisse comprendre. Parler d’usage et tacher de travailler, en tant qu’acteurs culturels, sur cette notion, c’est-à-dire essayer, autant que faire se peut, de participer à l’évolution de ces derniers est certainement l’une des pistes de création de valeur futures les plus fructueuses.




CONTEXTE

Le Projet DIY Music Academy n’est pas, à proprement parler, partie prenante du programme européen développé par notre réseau ICAS "Festival as Lab" mais s’en inspire librement et entend participer d’une même dynamique. Il partage notamment avec ce programme une méthodologie expérimentale et ouverte résumée dans le guide pratique ci-dessous (en anglais) :

Festival As Lab Toolkit - Prototyping the future