dimanche 9 juillet 2017

Musée du quai Branly

Jean Rouch

Jean Rouch est probablement le plus célèbre des ethnologues français, célèbre notamment pour ses films. Mais si l’on connait son nom, si certains de ses films ont pu nous être présentés en classe, si on peut en trouver d’autres sur YouTube, son oeuvre fourmille de mille trouvailles aussi belles et émouvantes qu’intrigantes, enrichissantes et méconnues ...

Découvrez donc une sélection de ses films issus de la collection audiovisuelle du musée et datant de 1948 à 1972, entre rituels de danse, possession et cérémonies d’initiation.

Jean Rouch (1917-2004), ingénieur des Ponts et Chaussées, découvre l’ethnographie au Niger. Lors d’un second séjour en Afrique, il entreprend la descente du fleuve Niger, et s’intéresse aux Songhay, dont il devient le spécialiste incontestable. Puis, vient sa passion pour le cinéma qui lui apporte une nouvelle méthode d’étude. Influencé par le Surréalisme, les travaux de Marcel Griaule en pays Dogon et séduit par les règles essentielles de l’inspiration et de l’intuition, il capte, filme l’évolution du continent africain et de la société française. Son écriture cinématographique, qu’il qualifie de « cinéma direct » ou de « transe créative », influencera plus tard la génération des cinéastes de la Nouvelle Vague.
Jean Rouch fut directeur de la Cinémathèque française. Il était directeur de recherche honoraire au C.N.R.S. et secrétaire général du Comité du film ethnographique.

Les films diffusés : « Yenendi, Les hommes qui font la pluie » (1951), « Initiation à la Danse des Possédés » (1948), « Mammy Water » (1956), « Les Tambours d’avant, Tourou et Bitti » (1972).