dimanche 2 juillet 2017

Jardin Compans-Caffarelli

Ron Morelli

On peut voir dans Ron Morelli le chantre d’une techno pure et dure, formellement noire. On peut voir la marque de l’indéboulonnable prédominance post-indus de Berlin, du Berghain, d’Atonal, sur toutes les musiques électroniques, y compris de l’autre côté de l’Atlantique, dans un effet de radicalité anti-EDM. Ça ne serait pas faux, mais ce qui nous intéresse chez Ron Morelli, c’est qu’il ne se laisse pas enfermer dans une routine esthétique et qu’il propose une œuvre plus ambiguë. Il suffit de parcourir le vaste catalogue de son label L.I.E.S. pour se rendre compte que la house la plus hédoniste côtoie sans peine la techno la plus brutale. Il convient de se rappeler de son passage au musée du quai Branly pour constater l’appétence du garçon pour des registres inattendus. Alors, certes, on restera dans des univers rarement colorés et lumineux, mais jamais serons-nous dans une musique fonctionnelle pour pantins sous psychotropes. Il y a dans ses mixs, une recherche esthétique curieuse, comme une volonté de faire œuvre, c’est-à-dire de tirer par le haut la musique de danse et la transformer en un art raffiné, jamais pompier.


Concert organisé dans le cadre du projet européen Shape
www.shapeplatform.eu
Avec le soutien de l’Union Européenne (Creative Europe)

JPEG - 4.5 ko
JPEG - 6.9 ko