Siestes 2011 : Jour 3 & 4

Siestes 2011 : Jour 3 & 4

Un pique-nique entre amis en bord de Garonne le week-end, c’est toujours agréable, mais quand, en plus, on peut assister à des concerts étonnants, stimulants, dansants ... bah c’est le top, tout simplement :)


Samedi 25 juin * Prairie des Filtres * 16h > 22h * Gratuit !

CADIK TRAVEL AGENCY
Revenus de tout, du communisme, de la easyjetsetisation de leur capitale, d’une vie nocturne à la fois débridée et contrainte, les Hongrois de Cadik Travel Agency ont réussi à affranchir leur dubstep d’une influence anglaise parfois encombrante et à l’amener en des territoires inconnus jusqu’alors, en des terres plus abstraites mais loin d’être désolées.

LUCRECIA DALT
Au premier abord, la musique de Lucrecia Dalt pourrait être qualifiée de guillerette electro-pop à la mode « Morr Music » (ce qui nous ramène aux premières éditions des Siestes !) mais il y a un petit quelque chose en plus que nous avons mis du temps à identifier, une certaine rugosité qui fait tout le sel de ses chansons. Peut-être Lucrecia a-t-elle écouté longtemps les cassettes de His Name is Alive, car on retrouve une même « complexité limpide » assez étrange et déstabilisante dans ses chansons.

VILLA NAH
La synthmusic à son meilleur niveau depuis bien longtemps (nous irions même jusqu’à dire depuis A-ha ou Ultravox) ! La fameuse mélodie au synthé qui fait toute la différence, aussi simple qu’imparable, certifiée sifflable sous la douche ; la large part réservée au chant, un chant androgyne, quelque peu lyrique, éminemment émotionnel ; une ambiance sombre mais au fond terriblement fleur bleue ; tout y est !

LONE
God save the Queen … and Lone qui a réussi à synthétiser dans son studio l’essence même des musiques électroniques « made in UK ». Une gageure quand on sait la richesse du terreau insulaire. En ne quittant donc jamais les terres d’Albion, Lone explore un monde clos mais incroyablement vaste : de la protohistoire Acid House aux récents développements UK Funky et Dubstep en passant par les riches heures warpiennes.


Dimanche 26 juin * Prairie des Filtres * 16h > 22h * Gratuit !

UMBERTO
Du fin fond du Kansas provient une musique sortie de la nuit des temps : une mustang roule sur une route de campagne, un pick-up apparaît dans le rétroviseur, la poursuite s’engage, elle se terminera dans un bain de sang. Bien que très clairement inspirée des BO des films d’horreur des années 70, et notamment du travail de Goblin sur les images de Dario Argento, la musique d’Umberto a cependant un petit quelque chose en plus de vaguement électronique qui la relie, de manière inattendue, à celle de Daft Punk.

CONNAN MOCKASIN
La Nouvelle-Zélande est certainement un pays étrange pour donner naissance à une figure musicale comme Connan Mockasin. A moins que cela n’ait peut-être rien à voir avec la géographie réelle du monde et que Connan Mockasin, tel Peter Pan ou Sid Barret dans un autre registre, se soit réfugié dans un monde fantastique parallèle où la pop music est aussi belle qu’intrigante, aussi spontanée qu’entêtante.

JAMES PANTS
Voodoo sympathique, capable de faire écouter du funk à des fans de Mogwai, du krautrock à des fans de Madlib, du rap à des fans Cyndi Lauper, James Pants est une sorte de Jesus next door réunissant les peuples musicaux. Alors que certains multiplient les niches et sous-genres comme des petits pains, un tel syncrétisme est à louer. Que ceux qui craignent la Babel moderne soient rassurés, on est ici en terre promise : Alléluia !

JESS & CRABBE
On a mis du temps à démêler le parcours des vétérans Jess & Crabbe, entre explosion jungle, fausse queue de comète french touch et retour au punk. Mais finalement, on a compris qu’ils étaient les pionniers d’un groove façon « sono mondiale » aussi frais et sexy que sauvage. L’énergie hypnotique de la danse comme fil conducteur, le remue-popotin du pogo au kunduro. La boucle est bouclée.

Sur place, restauration à partir de 3€, bière à 2€50, vin 2€ ...