samedi 8 juillet 2017

Musée du quai Branly - Salon de lecture Jacques Kerchache

Table ronde "Réédition et Digging"

La généralisation du phénomène de réédition, vers une "ethnologisation" des musiques actuelles ?

Le marché de la réédition semble avoir explosé, des compilations d’afro-funk de labels comme Honest Jon’s ou Numero Group aux albums 80s remis en circulation par Minimal Wave ou la sortie de morceaux electro-acoustique des limbes de l’histoire par Unseen Worlds. L’extension du domaine de la réédition inclut aussi bien la remise en circulation de succès du passé que la découverte d’oeuvres négligées, la remise au goût du jour de genres mondialement populaires que de production de niches, celle de musiques des pays du Nord que du Sud.

Les innombrables rééditions qui peuplent les rayons de nos disquaires de même que nos playlist sont-ils le symptôme d’une volonté d’archivage que ne renieraient pas les scientifiques historique de l’ethnologie ? Autrement dit, le "digger" des musiques actuelles est-il l’équivalent de l’ethnomusicologue pour les musiques traditionnelles ? Cette présence compulsive du passé vient-elle prolonger le travail de l’ethnomusicologie, ou proposent-elle une autre manière d’aborder et écouter ces "passés exotiques" ?

Participants : Emilie Dalage, maître de conférence à l’université de Lille 3 et membre de l’Observatoire des Mutations des Industries Culturelles ; Fabrice Géry, fondateur du label de réédition Akuphone ; Frédéric Trottiers, doctorant en anthropologie musicale à l’EHESS, spécialiste de la figure du digger ; Edouard Degay Delpeuch, ethnologue de la musique et doctorant à l’EHESS ; Samuel Aubert, fondateur des Siestes Electroniques et directeur artistique.